Bibliothèque

La bibliothèque du Goetheanum compte environ 110.000 livres. Horaires d'ouverture : mardi de 14h à 19h et vendredi de 14h à 18h

Vie au Goetheanum

24.11.2014 10:46 Il y a : 3 yrs

La magie de la nouvelle scène

Le 26 septembre, la Grande scène entièrement rénovée a été réouverte. Lors d’une réception des médias qui fut l’occasion d’informer le public, elle fut explorée au cours de visites guidées, fêtée par une cérémonie et inaugurée avec de nombreuses représentations, petites et grandes.


Nouvelle grande scène (Foto: Michèle Melzer)

En l’espace d’un an, le Goetheanum a donc reçu une nouvelle Grande scène. 200 tonnes d’acier, environ 260 m3 de bois et environ 20 m3 de maçonnerie, de béton et de câbles ont été enlevés. Le rideau en tissu de fibre de verre, beaucoup plus léger que l’ancien rideau en fer, est unique en son genre, de même que les sondes de mesure qui garantissent la charge maximale du cintre. De plus, des capteurs sur les planchers élévateurs empêchent des accidents tels qu’un pied qui se coince. Le fait que les neuf millions de francs suisses que cette rénovation a coûtés ont été réunis sans moyens publics montre à quel point cette scène a été voulue. Et la présence des médias a prouvé que le Goetheanum est pris au sérieux en tant que facteur culturel dans les cantons de Bâle-Ville, Bâle-Campagne et Soleure. Lors de la cérémonie, le conseiller fédéral Remo Ankli du Département de l’instruction publique et de la culture du canton de Soleure a exprimé le souhait que « puissent naître ici des œuvres et des représentations au service de la paix et de la prospérité des hommes. » Ici « doivent s’éveiller et grandir des pensées nobles ». Roger Dahinden de la commune de Dornach a reconnu que, sur la scène du Goetheanum, « de l’art sérieux trouve un chez-soi », tout en appelant de ses vœux des forces de créativité pour « renouveler des contenus et donner sans cesse de nouvelles impulsions ». Moyennant des sauts décidés, sur la musique de la Fantaisie op. 77 de Beethoven, la troupe d’Eurythmie du Goetheanum a reconquis son lieu de travail, dont elle avait pu, après une longue période, de nouveau fouler le plancher la veille au soir seulement. Après des passages dramatiques, l’ensemble avait tellement travaillé l’air sur scène que même des formes rigoureuses respiraient. Les musiciens marquèrent leur retour avec une œuvre commandée à Christian Ginat par le septuor à cordes Heiligenberg. Les instruments à cordes posèrent les unes sur les autres des couches sonores, telles des couches de roche tendre. Dans cette nature vivifiée pénétra une mélodie de l’Europe de l’est, comme si devaient y être exprimés le lien du Goetheanum avec son environnement naturel et l’imprégnation des environs par le travail qui s’y fait. Le soir, la troupe d’Eurythmie, sous la direction de Margrethe Solstad, « raconta » sous forme de conte des scènes du Peer Gynt jeune aussi bien que mûr. Les représentations d’Åse et Peer surtout me rappelèrent la mise en scène du « Docteur Caligari » de Robert Wilson (2002) ; les gestes sur la parole richement nuancée (Barbara Stuten, Urs von Glenck et Trond Solstad) étaient expressifs, et par moments très stylisés. La musique qui résonnait pour la première fois de la nouvelle fosse d’orchestre permit aux eurythmistes de se saisir directement de tout l’espace sonore de l’orchestre. Avec l’Air de la Suite Holberg d’Edvard Grieg, ils firent se dénouer les événements tragiques vers une autre sphère, non physique. Le chœur parlé aussi revint pour la clôture du congrès de la Michaéli dans la Grande salle avec son programme « Le devenir des mondes dans la parole des hommes », la force des sons puissamment portée par la volonté créatrice. Le phrasé et l’accentuation éveillèrent en moi la question de savoir si le rythme et la répartition des voix pourraient être différenciés encore plus. Avec cette nouvelle scène, ce sont tout particulièrement les arts saisis de manière anthroposophique qui appellent d’autres spectacles, et des échanges pour que le public et les artistes puissent se faire évoluer mutuellement.


Pâques

Pâques 2018 (information en allemand)

Billets : Goetheanum Reception 

 

 

Visites Grande Salle

Chaque jour de 13h30 à 14h30

Veuillez noter des horaires modifiés :

2.–6.4., 27.4., 19.–24.7: Fermée

17.2.: 13h30–14h15