1912-1923 Fondation de la Société anthroposophique et initiatives culturelles

Carl Unger (1878-1929)

28 décembre 1912 : Fondation de la Société anthroposophique à Cologne  le 28 décembre 1912 avec environ 3 000 membres. Le Comité directeur comprend : Marie von Sivers, Michael Bauer et Carl Unger. Rudolf Steiner ne prend pas de fonction, mais est actif comme conseiller et conférencier. La Société anthroposophique se scinde de la Société théosophique.

 

Pour une organisation satisfaisante et saine de la vie, la nature humaine a besoin de connaître et de soigner sa propre entité supra-sensorielle ainsi que de l'être supra-sensoriel du monde extra-humain. (…) La recherche spirituelle véritable et l'attitude dans laquelle elle est menée doivent donner son caractère à la Société (…).

1. Les hommes qui considèrent que l'esprit présent dans toutes les âmes humaines est à la base d'une action commune bienveillante peuvent collaborer de façon fraternelle dans la Société, quels que soient leur confession, nation, état, sexe, etc.

2. Elle doit soutenir l'exploration de l'élément supra-sensoriel caché dans tout ce qui se manifeste aux sens et servir la diffusion d'une science de l'esprit véritable.

3. La reconnaissance des vérités fondamentales présentes dans les visions du monde des différents peuples et époques doit y être cultivée.

 (Issu des ébauches des Principes fondamentaux de la Société anthroposophique, 1912).

Michael Bauer (1871-1929)

1910-1913 Une action culturelle de large ampleur est réalisée au sein de la Société et pour du grand public. Durant les festivals se déroulant chaque été, les Drames Mystères de Rudolf Steiner sont représentés. L'art du mouvement et de la scène développé par Rudolf Steiner qui s'applique à rendre visible des processus spirituels,  «l'Eurythmie», est intégrée dans les mises en scène. Le début de la Première Guerre mondiale ralentit ces différents chantiers.

Scène du drame de Rudolf Steiners : « La porte de l'initiation » (1910)

1913-1919 La construction du Goetheanum, centre international du travail anthroposophique et lieu de représentation des Drames-Mystères, commence en septembre 1913 et se poursuit au cours de la première Guerre mondiale, à Dornach, près de Bâle, avec des collaborateurs et artistes venus de tous les pays d'Europe. Pendant les travaux, des institutions scientifiques et artistiques naissent autour du Goetheanum, une « colonie d'anthroposophes ». Rudolf Steiner réalise des ébauches architecturales pour des habitations et des bâtiments utilitaires. Des conférences sur des sujets anthroposophiques ou d'ordre général sont données par Rudolf Steiner pour les ouvriers en bâtiment. Marie Steiner met en scène des extraits du Faust de Goethe et l'art de la scène eurythmique continue à être développé. L'anthroposophie, jusqu'alors développée dans des cercles restreints, devient visible pour un public plus large.

Invitation pour une conférence de Rudolf Steiner en 1919
Le livre de Rudolf Steiner "Eléments fondamentaux pour la solution de la question sociale", devenu un succès de librairie.

1919 Dans un après-guerre mouvementé, Rudolf Steiner et quelques collaborateurs s'engagent dans la sphère sociale et défendent que le concept d'État unitaire devrait laisser la place à une structure par domaine fonctionnel (État, Économie, Culture) possédant respectivement leur propre organisation et formes de représentation. Le livre de Rudolf Steiner Éléments fondamentaux pour la solution de la question sociale est remarqué par le grand public. Certaines institutions tentent de mettre en œuvre ces ébauches (par exemple les associations Futurum, Kommender Tag).

Emil Molt (1876-1936) Initiateur de la première école Steiner-Waldorf en 1919

1919 En avril, Emil Molt demande à Rudolf Steiner de fonder une école pour les enfants des ouvriers de son usine de cigarettes Waldorf-Astoria. Cinq mois plus tard, l'école gérée par les professeurs eux-mêmes est inaugurée. Des jeunes gens y reçoivent une éducation de base indépendamment de leur origine sociale, sexe, capacités ou destination professionnelle. Une anthropologie du développement de l'enfant aux niveaux corporel, psychique et spirituel y est la base pédagogique. Cette conception pédagogique novatrice connaît un certain succès : Rudolf Steiner est invité à donner des cours de pédagogie en Suisse, en Angleterre et en Hollande, où d'autres écoles sont ensuite fondées.

1920-1921 À la demande de médecins, Rudolf Steiner donne des conférences sur l'élargissement et l'approfondissement de la médecine par la science de l'esprit. Notamment sur la base de cette impulsion, ainsi que de la volonté d'élargir la médecine scolaire, deux cliniques sont ouvertes en 1921 (Clinique Ita Wegman à Arlesheim, Suisse ; Filderklinik à Stuttgart, Allemagne), ainsi qu'une usine pharmaceutique (Weleda).

Les décombres du premier Goetheanum, après l'incendie

1923 Dans la nuit de la Saint Sylvestre 1922-23, le Goetheanum est détruit par un incendie criminel. Cet incendie dénote une animosité grandissante envers la Société anthroposophique et exige de celle-ci une adaptation de ses formes élaborées en 1912-1913 (elle comptait alors 3000 membres) à un mouvement international en pleine croissance et diversification, qui comprend maintenant environ 12.000 membres. Rudolf Steiner incite à la formation de Sociétés de pays autonomes. Leur regroupement au niveau international doit être fondé à Noël 1923. La décision de reconstruire le Goetheanum est également pris

1921-1922 La dimension scientifique de l'anthroposophie ainsi que des points de vue permettant d'approfondir certaines disciplines scientifiques sont présentés dans différents pays européens lors de "cours universitaires". Les tournées de conférences de Rudolf Steiner, organisées par l'agence de concerts Wolff & Sachs, rencontre un large écho dans le monde public. Les revues culturelles Das Goetheanum (hebdomadaire) et Die Drei (mensuel), encore éditées aujourd'hui, sont fondées. En 1922, à Vienne, a lieu le Congrès International Ouest-Est, visant à susciter « une compréhension mutuelle entre ces deux univers fondamentalement différents (Weltengegensätzlichkeit) ». Les initiatives de théologiens, prêtres et étudiants en théologie conduisent un cercle réuni autour de Friedrich Rittelmeyer à fonder, en 1922, un mouvement de renouveau religieux : la Communauté des chrétiens.